La vie de la ruche en octobre

par ApiAdmin
Octobre

l'hivernage des ruches.

Préparer vos ruches pour l'hiver est essentiel, il faut les protéger de l'humidité et favoriser le soleil.

La fraîcheur automnale saisit peu à peu les locataires de la ruche en octobre. Voilà donc une période propice au repos de l’apiculteur qui en profite pour faire ses démarches administratives ou pour construire de nouvelles ruches en vue de la saison future.

Au rucher le calme s’est installé, profitez d’une promenade pour vérifier que rien ne vient déranger vos ruches. Mettez également à profit votre temps libre pour déclarer vos ruches à la DSV (Direction des Services Vétérinaire) de votre département.

Commencez la préparation de votre matériel pour la saison suivante.

Que se passe-t-il dans la ruche ?

En octobre, on commence à entrer dans la saison froide. Les floraisons se font de plus en plus rares. Seules quelques floraisons, un peu plus tardives dans la saison, permettent aux abeilles d’aller puiser quelques réserves supplémentaires en pollen et autres nectars pour passer l’hiver (lierre, etc.)
Les abeilles se font donc plus rares dehors. Elles commencent à réduire leur activité pour éviter de consommer trop d’énergie. Il va en effet leur falloir puiser dans leurs réserves durant tout l’hiver.
La  Reine, quant à elle, suspend sa ponte pour libérer de la place au sein de la ruche. La place ainsi disponible va permettre le stockage des provisions récoltées par les abeilles.
Les abeilles vont ainsi se regrouper en grappe, autour du couvain, pour conserver de la chaleur au sein de la ruche et passer l’hiver.

Zoom sur… l'hivernage

C’est une étape cruciale pour la sauvegarde des abeilles et de la ruche. Elle s’opère tout juste après la grande miellée d’automne, juste avant l’arrivée des grands froid. Les abeilles ne craignent pas le froid, car elles créent de la chaleur à l’intérieur de la ruche en se regroupant durant l’hiver. C’est davantage l’humidité qu’elles craignent. En effet, l’humidité favorise le développement des moisissures et champignons infectieux. Il est donc important que les ruches soit bien aérées et étanches et que l’herbe soit fauchée en périphérie.
C’est là que l’apiculteur intervient …

De son côté, l'apiculteur…

Pour l’apiculteur, le travail n’est pas encore terminé. Avant de faire entrer les abeilles en hivernage, l’apiculteur doit tout d’abord s’assurer que l’état de la ruche va permettre de passer la saison froide sans encombre.
Il profite des quelques journées aux températures favorables pour aller inspecter les ruches. Il retire les cadres inutiles, s’assure qu’il y a assez de réserves dans la ruche. Il vérifie également l’étanchéité de la ruche et l’isole des prédateurs extérieurs (frelons asiatiques, souris, etc.) en plaçant notamment des grilles à leur entrée.
L’apiculteur, pendant cette période, en profite pour terminer la mise en pot du miel fraîchement récolté et lancer sa commercialisation.

Le saviez-vous ?

Pour affronter l’hiver, les apiculteurs estiment qu’une ruche en bonne santé, c’est-à-dire suffisamment chargée en ressources naturelles pour assurer l’hivernage, doit contenir au minimum entre 15 et 20 kg de miel.
En dessous de ce niveau, la ruche est considérée comme en péril, elle ne passera pas l’hiver.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

error: Alert: Le contenu est protégé !!
%d bloggers like this: