La vie de la ruche en septembre

par ApiAdmin

Sommaire

Que se passe-t-il dans la ruche ?

Septembre marque la période de transition entre l’été, très actif pour les abeilles et la période d’hivernage durant laquelle, le rythme au sein de la colonie va fortement se ralentir.

Il restera encore un peu de Lierre et de Bruyère à venir, dans des quantités fort variables, mais on peut dire que dans les grandes lignes, l’époque des vaches maigres est bien là..

Septembre, également, prépare l’hivernage. Il est temps de vérifier une dernière fois que la pression en varroa est basse, et que d’autre parts, les ruches sont assez grasses d’abeilles et de miel.

La reine ralentit dorénavant sa ponte. Elle passe ainsi de 2000 œufs pondus par jour durant le pic estival, à 200 œufs à peine. Cette réduction intensive de la ponte s’opère à partir du 15 août et marque le passage dans l’hivernage.
Les abeilles vont profiter des alvéoles disponibles pour y engranger les dernières réserves récoltées dans la nature qui constituent les miellées tardives (bruyère callune, lierre…).
C’est aussi la période des cultures intermédiaires après les moissons, qui jouent le rôle de pièges à nitrate comme la phacélie, la moutarde ou le sarrasin que les abeilles apprécient.
Les vas et vient sur la planche d’envol vont se faire beaucoup plus rares.
La colonie ainsi constituée durant l’été va s’organiser pour la période d’hiver. Les larves vont se nourrir davantage durant le froid formant une nouvelle catégorie d’abeilles, les Abeilles d’Hiver.

Les bonnes questions ?

Les ruches sont-elles assez peuplées?  Pas facile de répondre à cette question. Ma petite expérience m’incite à penser que 6 cadres recto-verso de couvain devraient suffire à cette époque. Les abeilles d’hiver vont faire leur apparition et la grappe va atteindre doucement le nombre 10 000. C’est ce qu’il faut, au minimum, pour hiverner.

Quant à la nourriture, dix kilos environ de miel seront la ration minimale pour tenir jusqu’à Février.

Que faire s'il n'y a pas assez d'abeilles?

On peut réunir deux petites ruches en gardant les meilleures cadres de chacune d’entre elles et en les réunissant avec leur couverture d’abeilles. Le stress de l’opération suffit à calmer les abeilles.  On peut également apporter des cadres de couvain, fermé de préférence, sans abeille dessus, issus d’une autre ruche. On peut enfin espérer que le lierre et une belle arrière saison relanceront la ponte…

Il n'y a pas assez de nourriture?

Prendre des cadres de miel chez la voisine, si elle est riche. Ou débuter le nourrissement au sirop 3-2 . (voir article : Le nourrissement d’automne )

Zoom sur … L’ Abeille d’Hiver

Car oui il existe deux types d’abeilles, celle d’été qui travaille à un rythme effréné et ne vivra que quelques semaines (entre 3 et 4 semaines), et l’abeille d’hiver.
Cette dernière voit le jour en période de froid et va devoir survivre jusqu’au printemps. Elle n’a pas le même rôle que les abeilles d’été, et vit en moyenne entre 5 et 6 mois.
Elle doit donc réaliser d’énormes réserves corporelles pour survivre à la période hivernale. Ces abeilles se gorgent de protéines, glucides et lipides, leurs organismes sont différents.
Elles vont naître beaucoup plus lourdes qu’au printemps. Elles sont également plus velues…

Les abeilles d’hiver sont celles qui naissent à l’automne et au tout début de l’hiver lors de la reprise de ponte de la Reine.

De son côté, l’apiculteur …

A partir de la fin Août, après les dernières récoltes estivales, l’apiculteur va opérer la mise en hivernage de ses ruches. Tout va s’accélérer.
Le rôle de l’apiculteur est alors d’extraire l’excédent de miel qu’il mettra en maturateur avant mise en pot.

Il s’occupera aussi de vérifier l’état des colonies avant leur mise en hivernage. Ainsi il pourra notamment décider de réunir deux essaims trop petits ou faibles leur permettant de consolider ainsi une colonie plus forte.
Il s’assurera également que l’ensemble des colonies a suffisamment de réserves pour passer la période hivernale.
Bien entendu il vérifiera l’état des ruches et s’assurera de leur étanchéité et de leur bon état général. Il réduira les entrées par l’installation de grilles évitant ainsi les attaques de prédateurs telles que les souris, les mésanges etc…
Il faudra ensuite choisir un lieu à l’abri du vent notamment, où placer les ruches. Il évitera de les placer sous les arbres dont les branches pourraient tomber…
On voit souvent de grosses pierres ainsi placées sur le toit des ruches. Leur rôle et de maintenir la ruche fermée car si le toit venez à s’arracher la colonie mourrait. Les abeilles ne supportent pas le froid ni même l’humidité.

Le Saviez – vous ?

La colonie hiverne normalement à l’emplacement du dernier couvain sur des rayons vides afin de pouvoir se former en grappe d’hivernage dans de bonnes conditions.

Citation du mois
Citation du mois
Read More
« Une poignée d’abeilles vaut mieux qu’un sac de mouches. » Proverbe arabe

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

error: Alert: Le contenu est protégé !!
%d bloggers like this: